Patek Philippe Twenty~4® Haute Joaillerie référence 4909/110 «Aquatic Life», une montre-bijou de la plus belle eau.

Depuis la fondation de la manufacture en 1839, Patek Philippe n’a cessé de cultiver tous ces savoir-faire artisanaux qui contribuent à mettre en valeur la précieuse mécanique horlogère dans un habillage conjuguant beauté et rareté.  La montre-bracelet pour dames Twenty~4®Haute Joaillerie référence 4909/110, dévoilée lors du Salon  Baselworld 2014, en offre un exemple éblouissant. Elle prouve que les ateliers de Patek Philippe peuvent rivaliser avec les plus célèbres maisons de joaillerie du monde – pour la créativité au niveau des designs, pour la qualité des pierres précieuses, pour le sens artistique avec lequel elles sont disposées et pour la maîtrise des techniques de sertissage, qu’il s’agisse du traditionnel «serti grain», du raffiné «serti clos», du pavage aléatoire ou du très sophistiqué «serti invisible». 

Une mer de diamants La Twenty~4® Haute Joaillerie référence 4909/110 est ornée de 1937 diamants et saphirs dessinant sur le cadran, le boîtier, le bracelet et le fermoir un décor poétique baptisé «Aquatic Life» – avec des petits poissons en saphirs bleus de diverses tailles nageant sur une mer de diamants totalisant environ 43,73 carats. Les pierres se distinguent par leur extrême pureté et leur taille irréprochable. Les diamants baguette sont de qualité Top Wesselton Pur (extrablanc), les saphirs d’un bleu intense. Cette parure, conçue dans le département Création de Patek Philippe, a été réalisée dans toutes les règles de l’art au sein des ateliers de la manufacture. 

Montre Patek Philippe Twenty~4® Haute Joaillerie référence 4909/110 «Aquatic Life»

Les flancs légèrement inclinés du  boîtier et du bracelet en or  gris 18 carats se parent de diamants baguette «serti clos». Les pierres sur les côtés du boîtier étant disposées en éventail, chacune d’elles a dû être taillée individuellement en fonction exacte de son emplacement. Les diamants baguette ornant la partie centrale du bracelet ainsi que le cadran ont été fixés à l’aide de la technique du «serti invisible». Ce mode de sertissage passe pour l’un des plus difficiles à mettre en œuvre – et l’un des plus risqués au niveau du maniement des pierres précieuses. Pour que les diamants baguette forment comme un tapis, sans joints apparents, et qu’on ne voie briller entre les gemmes ni le métal des points de fixation, ni l’or gris du boîtier ou du bracelet, le diamantaire doit préparer soigneusement chaque pierre en taillant sur sa partie inférieure une fine saignée horizontale.

Les diamants baguette sont ensuite clippés sur de minuscules rails d’or façonnés à cet effet dans le métal du bracelet etdu boîtier. Les emplacements des innombrables rails et ceux des rainures dans les diamants doivent être calculés à la fraction de millimètre près pour que les pierres serties s’insèrent exactement de la manière désirée. Sur cette mer de diamants sont ensuite fixés en appliques les divers poissons bleus. Les plus petits se composent chacun d’un saphir solitaire de taille marquise «serti clos» dans un cadre en or rose. Les plus gros marient de multiples saphirs taille brillant «serti grain» dans un support en or rose permettant de reproduire la forme et les mouchetures des poissons. Les appliques prenant place sur un lit de diamants extra-blancs, la lumière peut encore mieux jouer à travers les saphirs bleus – et renforcer leur éclat ainsi que l’intensité de la couleur. 

Mais le travail du sertisseur ne s’arrête pas là. La Twenty~4® «Aquatic Life» se pare également de 855 petits brillants (totalisant 1,70 carat) sertis entre les mailles du bracelet.

Montre Patek Philippe Twenty~4® Haute Joaillerie référence 4909/110 «Aquatic Life»

La mécanique dans tout son éclat 

Le fond saphir transparent permet d’admirer un  autre trésor: le mouvement mécanique à remontage manuel calibre Patek Philippe 16-250. Les deux ponts et le coq (pont de balancier) arborent des arêtes anglées en arrondi et polies; leurs faces  supérieures sont ornées de Côtes de Genève. Les rubis rouges ajoutent une note de couleur vive, tandis que le balancier, la roue des minutes et les gravures ornant les ponts revêtent un éclat doré. Fabriqué et terminé dans la grande tradition horlogère, ce calibre mécanique offre le spectacle fascinant de son mode de fonctionnement – avec son balancier oscillant à 28 800 alternances par heure (4 Hz) et son ancre transmettant chacune de  ces impulsions à la roue d’ancre, laquelle entraîne la roue des secondes, et par ce biais la roue moyenne, puis la roue des heures portant les axes des aiguilles des heures et des minutes. Ces deux aiguilles de type «bâton» ainsi que les chiffres romains appliques XII et VI sont façonnés en or rose 18 carats; ils font partie des signes de reconnaissance attachés au design iconique de la collection dames Patek Philippe Twenty~4®.

Patek Philippe et les «métiers de haut artisanat» 

En fondant sa manufacture d’horlogerie en  1839, Antoine Norbert de Patek n’avait qu’une ambition: «fabriquer les meilleures et les plus belles montres du monde». Il a ainsi expressément défini qu’un garde-temps devait toujours être considéré comme un tout alliant étroitement mécanique intérieure et habillage  extérieur. Ce credo reste valable jusqu’à aujourd’hui et il est même consigné noir sur blanc dans le Règlement du Poinçon Patek Philippe.

En 175 ans, la manufacture genevoise ne s’est pas seulement attachée à perpétuer et développer le grand art horloger. Elle s’est aussi montrée attentive au maintien de tous les savoir-faire artisanaux, hautement spécialisés,  permettant d’embellir les mouvements et les boîtiers – dont les diverses techniques d’émaillage (peinture miniature sur émail, émail cloisonné, émail champlevé, etc.), la gravure (en relief ou en taille-douce), le guillochage ainsi que la joaillerie et le sertissage. Au XXe siècle, quand la demande en garde-temps richement ornés s’est réduite et que les artisans capables de réaliser de tels décors se sont faits toujours plus rares, Patek Philippe a continué à leur passer des commandes, même si leurs créations ne devaient trouver aucun acquéreur et aboutir finalement dans la collection privée de la famille Stern, propriétaire de la manufacture. Nombre de ces œuvres d’art figurent aujourd’hui parmi les pièces les plus admirées au sein des collections du Patek Philippe Museum et elles ont acquis une valeur inestimable. Mais le plus important est que grâce à l’engagement de Patek Philippe, les derniers artisans ont encore pu transmettre à temps leurs savoir-faire à de plus jeunes, afin d’en assurer la sauvegarde pour les générations actuelles et futures. Car ces «métiers de haut artisanat» constituent un héritage culturel essentiel sans lequel l’horlogerie suisse n’aurait jamais atteint son rayonnement inégalé à l’échelle mondiale.?

La Twenty~4® «Aquatic Life» de Patek Philippe