La France horlogère est aujourd’hui de retour sur MagMontres grâce à Laurent Katz, le directeur de la maison Pequignet, une manufacture française fondée en 1973 que nous avions déjà découvert il y a déjà quelques mois. Au programme de cette interview, le point sur l’année 2014, mais également quelques informations sur les nouveautés 2015 et bien entendu les projets de la marque pour les mois à venir…

Bonjour Laurent, nous avions fait connaissance avec vous et la manufacture Pequignet en septembre dernier, depuis quelles sont les nouvelles et quel bilan dressez-vous de l’année 2014 ?

Le bilan est positif cette année particulièrement à l’export ou nous avons rouverts de nouveaux pays. Nous avons réalisé un chiffre d’affaires d’environ 5 millions d’euros. Les ventes ont été proche de notre objectif, en effet nous avons vendu plus de 6.000 montres. Nous avons regretté la frilosité du marché français qui reste toutefois le premier. Je remarque que les bijoutiers français n’ont pas la même fibre patriotique que leurs homologues allemands.

Manufacture Pequignet
Manufacture Pequignet

Si nous vous demandions de nous proposer un flashback de l’année 2014 de Pequignet en 3 montres ?

La première serait un modèle Manufacture le modèle Royale Grande Date Calibre Noir en édition limitée. Lors de notre dernière interview j’en portais un prototype. Aujourd’hui, cette montre en édition limitée à 50 exemplaires dans le monde est présentée chez Colette à Paris, et rencontre le succès espéré.

Pequignet Royale Grande Date Calibre Noir
Pequignet Royale Grande Date Calibre Noir

Le second est le modèle Trocadero, modèle féminin iconique de la Maison Pequignet. Il représente tout notre savoir-faire en termes de montre joaillerie.

Pequignet Trocadero
Pequignet Trocadero

Le troisième est le modèle Ranelagh. Ce modèle disponible en version masculine et féminine ancre la collection dans la modernité et forme un duo parfait pour les couples amateurs d’horlogerie.

Pequignet Ranelagh
Pequignet Ranelagh

L’année est déjà bien entamée et déjà le salon Baselworld arrive à grand pas, que représente ce salon pour la manufacture Pequignet ? La foire de Bâle est-elle indispensable pour une maison comme la vôtre ? 

Le salon de Baselworld est l’une des plateformes les plus importantes dans le secteur de l’horlogerie de luxe. Une Maison horlogère qui a de l’ambition se doit d’être présente à ce salon dans le but de présenter ses nouveautés. C’est aussi l’opportunité de donner une plus grande visibilité à la Maison et d’assoir notre crédibilité auprès de nos revendeurs.

Nous sommes présents dans la mesure de nos moyens, nous exposons dans le Palace aux côtés des marques innovantes. Cette foire représente un coût certain mais nécessaire si nous voulons revenir dans le marché de la Haute Horlogerie.

Pequignet à Baselworld en 2014
Pequignet à Baselworld en 2014

Ce salon attire chaque année de nombreux revendeurs, journalistes internationaux sans oublier les consommateurs qui viennent par passion pour découvrir cet univers fascinant et partager cette expérience dans l’univers de la Haute Horlogerie.

Notre présence du 19 au 26 mars au salon de Baselworld, sera donc pour nous l’occasion unique de présenter nos nouveautés. Et surtout de faire des affaires.

Quelles seront cette année les nouveautés chez Pequignet ? La femme sera-t-elle encore à l’honneur ? Des montres Manufacture dédiées à la femme ? Il faut nous donner quelques pistes, voir quelques informations en exclusivité Laurent…

Chaque année nous nous efforçons à présenter des nouveautés pour homme et pour femme. A Bâle nous dévoilerons une montre de plongée de la collection manufacture, ainsi que de nombreuses nouveautés pour les collections Trocadero et Elegance. Les finitions sont particulièrement soignées, les matériaux d’une grande qualité pour un prix très compétitif. J’espère qu’elles rencontreront le succès mérité.

Effectivement, nous travaillons sur la mise au point d’un nouveau mouvement Manufacture qui pourrait peut-être amener la Maison Pequignet à proposer des modèles Manufacture destinés aux femmes.

Je ne vous en dis pas plus, je vous invite à venir nous rendre visite lors du salon de Baselworld en Suisse de manière à découvrir nos nouveautés et c’est avec plaisir que nous partagerons notre savoir-faire Made in France.

Du côté de la collection Manufacture, vos horlogers travaillent-ils sur de nouvelles complications pour les années à venir, sur quelques modèles particulièrement complexes ?

Oui, nous travaillons sans cesse sur de nouveaux projets intégrant de nouvelles complications. Nos horlogers sont en train de mettre au point un nouveau mouvement manufacture, totalement différent de l’autre, avec un calibre toujours plus innovant. Comme une réserve de marche de 60h, et 28.800 alternances par heure (4hertz). Nous travaillons également sur une nouvelle complication qui sera disponible sur le Calibre Royale pour les fêtes de fin d’année.

Montre Pequignet

Vous pensiez vendre en 2014 près de 5 000 montres, quelles sont vos objectifs pour l’année 2015 ? Quelle est la stratégie que compte mener la marque cette année ? Prévoyez-vous de nommer quelques ambassadeurs de la manufacture Pequignet ? Notre ancien ministre et Futur entrepreneur Arnaud Montebourg ?

En 2015, nous pensons vendre plus de 8000 montres grâce à l’amélioration de notre réseau de distribution, notre présence à Bâle et nos nouveautés. Nous proposons un mouvement manufacture de fabrication française défiant toute concurrence et nous aimerions qu’il soit reconnu pour ses caractéristiques techniques exceptionnelles et sa fabrication française.

Nous sommes toujours à la recherche d’ambassadeurs qui incarnent l’excellence française et le savoir-faire de notre pays. Il est vrai que nos élus et les Hommes politiques en général ne jouent pas vraiment le jeu du made in France, nous aimerions plus de soutient de leur part.

Du fait de notre taille et de nos moyens modestes comparativement à nos concurrents, nous n’avons pas d’ambition démesurée mais nous accueillerons avec plaisir des ambassadeurs qui se retrouveraient dans nos valeurs et qui apprécieraient nos modèles.

Vous nous indiquiez en 2014 que la clientèle historique de la manufacture était essentiellement féminine, il semble que vous aillez d’ailleurs travaillé en profondeur sur les montres dames l’année passée, quelle est la proportion des ventes montres homme / montres femmes ? Et du coté des collections, que représente la proportion des montres Manufacture ?

A l’origine, la Maison Pequignet ne proposait que des montres femmes. Aujourd’hui, il existe aussi des collections masculines mais nous souhaitons garder notre clientèle féminine. Environ 65% des montres vendues sont des montres femmes. Nous sommes fiers de pouvoir proposer des montres qui plaisent toujours autant aux femmes avec une collection pour hommes qui se développe de plus en plus.

Ateliers de la manufacture Pequignet
Ateliers de la manufacture Pequignet

La collection Manufacture est à ce jour que masculine mais nous travaillons à proposer aussi une version féminine. Nos montres sont bien accueillies par le marché ce qui nous pousse à poursuivre nos efforts pour proposer des garde-temps de qualités fabriqués en France.

Vous êtes à l’origine de la relance de la manufacture de montres françaises Pequignet, pour vous Laurent Katz, que représente une montre mécanique ?

Une montre mécanique représente un savoir-faire, un savoir-faire français que je m’engage à défendre chaque jour à la tête de la Manufacture Pequignet. C’est également une passion et l’amour pour les beaux objets.

Enfin, bien sûr, notre question rituelle pour terminer, que portez-vous aujourd’hui à votre poignet ?

Aujourd’hui, je porte version spéciale de la Royale Grand Sport, un modèle qui n’est pas encore en vente et qui est à la fois sportif et très élégant. Une montre qui m’accompagne aussi bien lors de mes rendez-vous qu’en weekend.

Pequignet Royale Grand Sport de Laurent Katz
Pequignet Royale Grand Sport de Laurent Katz