Nous rencontrons aujourd’hui un dirigeant d’expérience, le nouveau président depuis juillet 2014 de la manufacture de montres suisses Zenith, Aldo Magada. Débauché par Jean-Claude Biver (président de la division horlogère de LVMH) suite au départ de Jean-Frédéric Dufour chez Rolex, Aldo Magada fait partie des personnalités du secteur horloger grâce à son travail réalisé chez Breitling, Gucci, Piaget, Omega ou encore Ebel… Rencontre aujourd’hui avec le nouvel homme fort de Zenith.

Bonjour Aldo Magada, vous êtes depuis quelques mois désormais à la tête de la maison Zenith, quelles sont vos premières impressions et pourquoi ce choix de rejoindre l’un des fleurons du groupe LVMH ?

Lorsque le poste m’a été proposé, j’étais  plus qu’enthousiaste et évidemment ravi ! C’est une magnifique opportunité et un honneur. J’ai toujours considéré Zenith comme une grande Manufacture produisant de très beaux mouvements. Je dois cependant admettre que la marque est encore plus riche que ce à quoi je m’attendais en termes de produits et de mouvements.

Si vous deviez nous raconter l’histoire de la maison Zenith en moins de 60 secondes ?

Près de 150 and d’histoire en moins de 60 secondes ? Impossible !!!

Façade historique de la Manufacture Zenith
Façade historique de la Manufacture Zenith

La Manufacture Zenith a été fondée, au Locle, en 1865 par un horloger visionnaire, Georges Favre-Jacot. Elle est rapidement reconnue pour la précision de ses chronomètres pour lesquels elle s’est vu remettre 2 333 prix de chronométrie en un siècle et demi d’existence – le record absolu en montres de poche, de bord et bracelet.

C’est le légendaire calibre El Primero, un chronographe automatique intégré à roue à colonnes lancé en 1969, et dont la fréquence élevée, 36 000 alternances par heure, assure une précision au 1/10e de seconde, qui lui apportera le célébrité. Zenith fêtera ses 150 ans d’histoire en 2015 et, ce qui est rare, c’est qu’elle est aujourd’hui toujours implantée  à l’endroit précis où son fondateur a bâti le premier atelier.

Comment définiriez-vous la personnalité de la marque et des montres Zenith et que pensez-vous pouvoir apporter grâce à votre expérience ?

C’est une marque très forte qui a accompagné des aventures humaines tout au long de cette existence. Et si, aujourd’hui les racines sont profondes et solides, il y a encore beaucoup à faire notamment en termes d’identité. Mon rôle sera, avec la coopération des équipes en place, de simplifier, clarifier et concentrer afin de donner à Zenith une identité forte, un visage et de permettre aux consommateurs de comprendre les valeurs essentielles de la marque.

Quelle pourrait-être la définition d’une belle montre pour Zenith ? Et à ce sujet quelle est le prix d’une montre Zenith ?

Une belle montre, c’est avant tout une montre qui vous plait. Car la montre est in objet très intime. Quant à une belle montre Zenith, c’est une montre équipée d’un mouvement Manufacture qui reflète les valeurs de la marque.

Nos prix commencent à 4100 Euros pour une montre 3 aiguilles équipées de notre mouvement Manufacture Elite et vont jusqu’à  208 000 Euros pour des pièces de Haute horlogerie. Le prix moyen est  autour des 8000 /10000 Euros.

Quelles sont les montres ou collections préférées chez Zenith ? Quel est le Best seller de la marque ?

Sans hésiter il s’agit de la collection El Primero et plus précisément de la ligne El Primero Chronomaster. Le bestseller est la El Primero Chronomaster 1969. La raison est simple, c’est que cette pièce est la quintessence de ce qu’est Zenith :  le légendaire Chronographe Manufacture El Primero, l’ouverture sur le cadran, les  disques avec les couleurs iconiques de la marques, le savoir-faire et recherche d’innovation (silicium).

Zenith El Primero Chronomaster 1969
Zenith El Primero Chronomaster 1969

Pourriez-vous nous présenter 1 montre qui définit selon vous particulièrement bien le style Zenith ?

Comme expliqué ci-dessus, pour moi, c’est la El Primero Chronomaster 1969 qui est particulièrement représentative du style Zenith.

La maison propose des montres de Haute Horlogerie à l’image de la montre Academy Christophe Colomb, la marque compte t-elle poursuivre son travail sur des modèles exceptionnels ? Et si oui des indices à nous donner ? Peut-être dès cette année à l’occasion de Baselworld ?

Les équipes « R&D » de la Manufacture travaillent en permanence sur de nouveaux développements qui souvent prennent plusieurs années avant de voir le jour. Par exemple 5 longues années ont été nécessaires pour mettre au point le système de gravity control que l’on trouve dans les Academy Christophe Colomb . Ces mouvements de haute horlogerie représentent la quintessence du savoir-faire de Zenith. L’Academy Georges Favre-Jacot est un indice en lui-même de ce qui suivra.

Montre Academy Georges Favre-Jacot - Zénith
Montre Academy Georges Favre-Jacot – Zénith

Zenith était sur le toit du monde il y a quelques mois grâce à son partenariat avec Red Bull pour le saut depuis la stratosphère de Felix Baumgartner qui était équipé de la fameuse montre El Primero. Doit-on s’attendre à voir la manufacture Zenith renouveler ce genre d’expérience durant les années à venir ?

Nos montres ont participé à certaines des plus grandes aventures de l’humanité, de Louis Blériot, à Felix Baumgartner, en passant par Mahatma Gandhi  et nous sommes toujours très fiers d’accompagner ces héros des temps modernes dans leurs exploits. Nous continuons donc, pour preuve Yann Guichard qui vient de terminer la Route du Rhum sur le plus grand maxi trimaran du monde, Spindrift 2.

Spindrift 2
Spindrift 2

Quelques informations et chiffres clés à nous donner pour nous permettre d’en savoir davantage sur la marque ? 

Notre volume de production est actuellement de 40 000 mouvements et nous avons de la réserve de capacité. Nous avons 850 points de ventes, 250 employés travaillent au Locle. Notre offre est composée de 80 % de montres destinées aux hommes et de 20 % aux femmes. Notre top 3 marchés est Honk-Kong, le Japon et sa Suisse, mais nous maintenons nos efforts sur tous les marchés.

Enfin que portez-vous aujourd’hui à votre poignet ? 

Une El Primero Chronomaster 1969 !