En juin dernier, nous avions pour la première fois interviewé le grand patron de BRM (Bernard Richards Manufacture) qui nous avait alors présenté son entreprise et ses créations. A l’approche de Baselworld, nous avons de nouveau pris contact avec Bernard Richards afin de dresser le bilan de l’année 2014 et faire le point des nouveautés à venir de l’une des rares manufactures d’horlogerie française.

BRM logo

Comme nous le rappelions en préambule, en juin dernier, nous avions fait votre connaissance Bernard Richards, que s’est-il passé depuis chez BRM et quel bilan dressez-vous de l’année écoulée ? L’objectif des 2 000 montres écoulées a-t-il enfin pu être atteint en 2014 ?

2014 a été une bonne année pour BRM.  Notre chiffre d’affaire a augmenté par rapport à l’année précédente et c’est ce que nous voulions. Les montres BRM se vendent de plus en plus chères et la demande et très soutenue en Asie pour les produits de plus de 15 000€.

BRM Chronographes : Vous êtes uniques, votre BRM aussi

En ce qui concerne le nombre de montres vendues, deux de nos machines sont tombées en panne (une pendant un mois et l’autre pendant deux semaines) ce qui nous a fait perdre 300 montres. Nous n’avons donc pu livrer que 1700 montres l’an passé.

Si vous deviez nous proposer un bref rappel de l’année 2014 de la manufacture BRM, en 3 montres et en 3 évènements marquants ?

Pour les montres :

Les BT6, BT12 et RG … 3 modèles avec lesquels nous avons eu un incroyable succès.

Pour les événements :

  • La foire de Bâle 2014 où nous avons conclu avec un distributeur l’ouverture de la première boutique BRM.
  • L’ouverture du marché en Indonésie
  • Le renforcement de notre marque aux Etats-Unis avec l’ouverture de quatre nouveaux points de vente.

Le sujet du moment en Suisse, c’est la décision de la BNS de faire sauter le taux plancher de l’EUR/CHF qui permettait au franc suisse de ne pas trop s’apprécier, que pensez-vous de cette mesure et pourrait-elle permettre en un sens à votre marque de gagner des points face aux marques suisses qui seront peut-être contraintes d’augmenter leur prix ?

Je ne me sens pas concerné par le mouvement des monnaies. Je suis horloger. Si les Suisses doivent monter leur prix ça les regarde.

Avouons-le, le sujet qui nous intéresse le plus, c’est la foire de Bâle qui approche à grand pas, que représente pour vous ce salon horloger ? Faites vous partie de ces marques qui pourraient se passer d’une présence à la foire de Bâle ?

Baselworld représente 50% des commandes BRM. Cependant, il y a quelques années nous avions fait l’impasse dessus car nous étions mal placés. Pourquoi dépenser autant d’argent si personne ne nous voit ! La foire de Bâle représente un investissement de 100 000€, il faut donc que ça soit rentable.

BRM à Baselworld
BRM à Baselworld

La question qui nous brule les lèvres et celle que vous deviez attendre bien sûr… Qu’est ce que la maison BRM nous a préparé cette année pour Baselworld ? La femme était à l’honneur au SIHH 2015, le sera-t-elle également chez BRM cette année ?

Oui, nous préparons un modèle femme en 32 mm pour Bâle. Ceci dit, nous travaillons également sur des montres homme … beaucoup de nouveautés sont à prévoir et nous sommes très optimiste.

Quels sont les ambitions et les projets de la manufacture BRM en 2015 ? Doit-on s’attendre à des changements de cap ou de stratégies ?

Nous avons de grands projets pour cette nouvelle année. Nous venons de signer pour 3 ans avec Nasser Al-Attiyah et Matthieu Baumel qui viennent de remporter le Dakar 2015, ce qui va nous propulser dans tous les pays du golfe. De plus, avec le nombre de nouveauté que nous mettons sur le marché, nous avons beaucoup travaillé sur les cadrans et les aiguilles.

Aucun changement de stratégie n’est prévu. Nous faisons toujours rouler environ 600 pilotes tous les week-end. Nous sommes champion dans beaucoup de disciplines et BRM est la marque préférée des pilotes … Pourquoi changer ?

Avant d’aborder notre dernière traditionnelle question que vous connaissez déjà, une question existentielle ou pas… Que représente pour vous Bernard Richards une montre mécanique ?

J’aime les montres mécaniques. Avec Jean-Paul Crabbe nous travaillons d’ailleurs sur des projets pour l’année prochaine mais je n’en dirai pas plus. En revanche, ce que je peux ajouter c’est que nous travaillons actuellement sur une pendule qui sortira vers le mois de juin et qui va beaucoup faire parler d’elle.

Enfin, bien sûr pour terminer, que portez vous aujourd’hui à votre poignet ?

Je porte une BRM V12 racing.

BRM V12 racing au poignet de Bernard Richards
BRM V12 racing au poignet de Bernard Richards