Bienvenue dans cet article consacré à Rolex et les cadrans publicitaires. Vous connaissez tous ces cadrans sur lesquels en plus du nom de Rolex on trouve également le nom ou le logo d’une autre marque. Ce que l’on appelle aujourd’hui du co-branding. Le co-branding est une pratique marketing ou commerciale qui vise à promouvoir simultanément les marques ou produits de deux entreprises distinctes.

Historiquement, au commencement de Rolex, seulement 1 montre sur 5 portait le nom de Rolex sur le cadran, les autres sortaient de la manufacture avec des cadrans neutres. Une pratique courante à l’époque qui permettait aux détaillants d’apposer leur propre nom sur les cadrans avant commercialisation. Ce n’est qu’après l’arrivée du boitier Oyster en 1927 et le retentissement provoqué par l’exploit de Mercedes Gleitze que la grande majorité des Rolex Oyster produites ont porté le nom et le logo de Rolex.

Après cette date, toutefois, quelques marques ont été autorisées à faire apparaître leur nom et/ou leur logo sur des cadrans Rolex. Et c’est l’objet de cet article. Mais il y a lieu d’opérer une distinction qui va permettre de réduire le champs aux cadrans dit publicitaires uniquement. En effet, il y un certain nombre de cadrans dont nous ne parlerons pas ici.

Nous ne traiterons pas des cadrans sur lesquels apparaissent les noms de bijoutiers ou de revendeurs prestigieux…

En premier lieu, nous ne traiterons pas des cadrans sur lesquels apparaissent les noms de bijoutiers ou de revendeurs prestigieux qui ont commercialisé des Rolex dans le monde. On pense notamment au plus connu d’entre eux probablement à savoir Tiffany and Co. Tiffany and Co est un bijoutier américain fondé par Charles Lewis Tiffany et Teddy Young à New York City en 1837. Tiffany & Co. a commencé à mettre son nom sur les Rolex qu’ils vendaient vers la fin des années 1950.

Les Rolex Tiffany & Co. sont des Rolex ordinaires (c’est à dire sans spécificités techniques particulières) avec le nom du détaillant ajouté sur le cadran. Ce marquage a parfois été fait à New York par un horloger du bijoutier, parfois par le fabricant du cadran mais sous le contrôle de Tiffany.

Source : rolex.watchprosite.com 

On peut citer également parmi les revendeurs ou bijoutiers qui ont ajouté leurs noms sur des cadrans Rolex : Cartier, Bucherer et Serpico Y Laino (un revendeur Rolex bien connu autrefois situé à Carracas).

Source : rolexpassionreport.com 

Tiffany a été le dernier revendeur (jusqu’au début des années 90) à faire apparaitre son nom sur un cadran Rolex. A noter que la mention du revendeur ou bijoutier qui a vendu la montre donne aujourd’hui une valeur supplémentaire à la cote de la Rolex qui en est pourvue.

Nous ne traiterons pas non plus des Rolex dotées de cadrans dits Oman…

Nous ne traiterons pas non plus des Rolex dotées de cadrans dits Oman. La raison en est simple. Wikipedia nous apprend en effet que le sultanat d’Oman est un pays du Moyen-Orient, au sud de la péninsule d’Arabie, sur les bords du golfe d’Oman et de la mer d’Arabie. Il est bordé par les Émirats arabes unis au nord, l’Arabie saoudite à l’ouest et le Yémen au sud-ouest. Un pays donc pas une marque… Mais l’histoire est intéressante et mérite quelques lignes dans cet article.

Vers 1970, Qaboos bin Said Al Saïd s’est débarrassé de son père et a régné en tant que sultan d’Oman depuis lors. Les Anglais et leurs fameux SAS et plusieurs États arabes ont envoyé des troupes bien entrainées pour aider le Sultan et les rebelles ont été vaincus. La légende veut que les forces spéciales ont subi de lourdes pertes et que seulement 7 officiers des forces spéciales aient survécu. En témoignage de sa reconnaissance, le Sultan Qaboos bin Said Al Said a offert à chacun d’entre une Rolex Sea Dweller réf 1665 avec l’emblème du Sultanat couleur or dessiné sur le cadran. En outre, plusieurs officiers du Sultanat ont recu une Rolex Sea Dweller réf 1665 avec l’emblème du Sultanat couleur rouge cette fois.

Si cette légende est vraie, je vous laisse imaginer le prix atteint par ces pièces aujourd’hui… Impossible de dire combien de ces montres ont été produites. De nombreux sultans du Moyen Orient ont fait de même en faisant ajouter leurs emblèmes sur des cadrans de Rolex. De fait, il existe/existait un département spécial chez Rolex pour réaliser ces cadrans. Pendant les années 1970 et 1980, ce ne sont plus seulement des Submariners et Sea-Dwellers qui ont été marquées. Ont aussi été concernées des DD Presidents, des Datejusts, des Turnographs et des Airkings.

Malheureusement, en raison de la rareté et de la forte demande de ces montres chez les collectionneurs et les investisseurs, de nombreux faux cadrans sont apparus sur le marché. Le seul moyen de vérifier si vous avez une véritable Rolex Oman est de faire vérifier le mouvement et le numéro de série par Rolex. Sans cette vérification faite par Rolex dans ses archives, une montre dotée d’un cadran dit Oman serait dans la pratique sans valeur.

Source : uncleaj.myfastforum.org

Nous ne parlerons pas non plus de la seule compagnie pour laquelle Rolex accepte de co-brander ses cadrans aujourd’hui…

Nous ne parlerons pas non plus de la seule compagnie pour laquelle Rolex accepte de co-brander ses cadrans aujourd’hui. Il s’agit bien entendu de la COMEX. Un acronyme qui signifie COmpagnie Maritime d’EXpertise. La raison en est évidente. Il faudrait prévoir plus qu’un article pour traiter le sujet. Un livre n’y suffirait probablement pas. Mais nous allons aller à l’essentiel et faire bref autant que faire se peut.

C’est en novembre 1967, que A. Zilbach, un technicien Rolex qui avait travaillé en étroite collaboration avec la COMEX a reçu le numéro de brevet suisse 492 246 pour une valve à hélium. Ce brevet fut le résultat d’expériences réalisées avec des 5513 qui avaient été équipées de prototypes de valves à hélium. Elles ont été utilisés par les plongeurs de la COMEX pendant de 2 ans sans aucun problème. La décision a donc été prise de produire en série une montre dotée de cette fonctionnalité. Il s’agissait bien sûr de la Sea-Dweller.

Le plus gros acheteur de ce modèle a été et reste la COMEX. Chaque plongeur qui travaille pour la société en recoit une en dotation. Pour éviter que les montres destinées à la COMEX soient vendues à un autre client, Rolex fait imprimer le nom de l’entreprise sur le cadran de chacune d’entre elles. La COMEX fait aussi graver à l’arrière de chaque montre son nom et un numéro de série unique. Ces montres sont maintenant très recherchées par les collectionneurs car elles sont les seules Rolex encore en production qui portent un autre nom que Rolex sur leurs cadrans.

Crédit photos : doubleredseadweller.com

Mais que reste-t-il à traiter dans cet article me direz-vous ?

A ce stade je sens poindre votre inquiétude. Mais que reste-t-il à traiter dans cet article me direz-vous ? Des cadrans publicitaires donc et uniquement ceux là.

Il ne s’agit pas de montres commémoratives, ni de montres destinées à mettre en évidence un partenariat entre Rolex et une autre société comme la COMEX. Ici on est dans un autre domaine. Celui de la reconnaissance du travail accompli, des remerciements d’une société envers ses salariés exemplaires. Une Rolex a toujours été une montre d’excellence avec une image forte et reconnue internationalement. Quoi de plus approprié comme cadeau. Mais car il y a un mais la société qui fait ce cadeau souhaite que ne soit pas oublié qui l’a donné. Aussi son nom ou son logo doit logiquement apparaître sur le cadeau fait.

A bien y réfléchir, on n’est pas dans le co-branding et l’expression cadran publicitaire me semble trompeuse et n’est pas finalement très adaptée. Il ne s’agit pas de faire de la publicité pour la marque auprès du grand public. La communication est ici tournée vers l’interne. L’entreprise associe son nom à Rolex pour donner de la valeur au cadeau et montre ainsi à son salarié toute la valeur que celui-ci a à ses yeux.

Car effectivement ces Rolex dotées de cadrans dits publicitaires ne sont pas des montres destinées à être commercialisées auprès du grand public. Il s’agit de productions très limitées réalisées à la demande par Rolex et destinées à être données à des salariés méritants ou des cadres importants de l’entreprise. Il vaudrait mieux parler au passé car aujourd’hui à l’exception notable de la COMEX, Rolex ne personnalise plus ses cadrans à la demande de clients avec leurs marques ou leurs logos.

Faisons maintenant un tour d’horizon qui ne se veut pas exhaustif de ces Rolex avec leurs cadrans dits publicitaires. Commençons sans doute par la plus connue : la Rolex Air-King DOMINO’S PIZZA !

A une certaine période, Rolex arrêta de réaliser des cadrans avec le logo peint sur le cadran. A la place, Rolex les livrera avec le logo gravé sur le fond de boite et riveté dans le bracelet Oyster.

Source : olivine-prestige.com

Rolex données par Coca-Cola à ses employés pour leurs 25 ans de bons et loyaux services

Les Rolex Winn Dixie 10 years Safe Driver. Winn Dixie est une chaine de supermarchés américaine basée en Floride. Elle a possédé ou possède encore une société de transports. A priori (conjecture de l’auteur de l’article) ces Rolex avec le logo Winn Dixie et la mention “10 Year Safe Driver” ont été données en cadeau par la société à ses chauffeurs qui n’avaient pas eu d’accidents pendant 10 ans.

Quelques Rolex avec logo Pool Intairdrill Dial

Une rareté d’après RPR : la Pan Am Daytona !

Source avec l'article complet à lire :  rolexpassionreport.com

Un peu en vrac car difficile d’avoir des informations sur ces cadrans ou les sociétés pour lesquelles ils ont été réalisés :

Source :  montresmecaniques.forumactif.com

La mythique et mystérieuse Rolex Mickey Mouse a-t-elle vraiment exister ?

Pour finir, terminons avec 2 curiosités. La première est la mythique et mystérieuse Rolex Precision Mickey Mouse ! Mais a-t-elle vraiment exister ?

Certains me diront : « Oui bien sur ! » puisqu’on peut les acheter et que le Net est plein de photos de ces sympathiques Rolex. Mais d’ou viennent-elles ? Là est la question.

Peut être avez-vous entendu parler d’une série limitée de montres produites pour Disney et destinées à être données à certains hauts dirigeants, chacune de ces montres ayant Mickey Mouse peint sur le cadran ? A la vérité (mais la vérité est parfois ailleurs) ces montres sont à peu près aussi réelles que la GMT Master à cadran blanc. Tout le monde en a entendu parler mais personne n’en a jamais vu une (avec tous les papiers qui le prouveraient s’entend) !

Alors d’où viennent celles que l’on trouve ? Si parfois, souvent (rayez la mention inutile) tout est d’origine dans ces montres, leurs cadrans n’ont pas été réalisés par Rolex. Dans la plupart des cas, il s’agit de cadrans repeints par des artistes certes doués mais habitant plus certainement la Philippine ou la Chine que la Suisse !

La Rolex « Hysteric Glamour » !

Finalement, au gré de mes recherches, je suis tombé sur quelque chose dont je n’avais jamais entendu parler avant : la Rolex « Hysteric Glamour » !

« Hysteric Glamour » est une marque de créateur japonais créée par l’artiste Nobuhiko Kitamura en 1984. Son thème est lié aux mass-médias des années 1960, avec des T-shirts représentant des musiciens célèbres comme Marc Bolan, les Sex Pistol’s et le travail d’art d’Andy Warhol… Dans l’esprit, « Hysteric Glamour » c’est ça :

Une série de Rolex ref 6694 estampillée de la marque Hysteric Glamour semble être sortie dans les années 80. Et c’est beaucoup plus sage que l’image que la marque a bien voulu se donner…

Source :  montresmecaniques.forumactif.com

 


Oyster Passion ClubOyster Passion Club
Club français des passionnés de montres Rolex fondé en 2013. Nous sommes « un club de rencontre autour de Rolex« .